La fédération des apiculteurs de la Marne dont le Groupement de Défense Sanitaire Apicole  (GDSA51) et les syndicats apicoles du département ne sont pas chargés de détruire les nids de frelons asiatiques.

Sa progression en Champagne Ardenne

–  Le frelon asiatique, vespa velutina nigrithorax, est un insecte invasif exotique d’origine asiatique introduit accidentellement en Europe, dont la présence en France a été signalée pour la première fois dans le Lot-et-Garonne en 2006. Des reines fondatrices ont été introduites à l’intérieur de poteries importées de Chine par un horticulteur, via le port de Bègles. Ce dernier avait en effet remarqué la présence du frelon autour de sa propriété dès 2004.

– Sa progression inexorable est de l’ordre d’une centaine de kilomètres par an. Il colonise aujourd’hui l’ensemble du territoire métropolitain, est passé en Allemagne, en Belgique, en Grande Bretagne, en Espagne, au Portugal…. Aujourd’hui, seul le département du Haut Rhin  n’a pas encore signalé sa présence. Il est présent dans la Marne depuis 2015. Il a  fait l’objet en 2018 de 118 signalements en Champagne Ardenne dont 68 dans le département de la Marne

Que sait-on de lui ?

Vespa velutina est une espèce diurne qui, contrairement au Frelon d’Europe (Vespa crabo), interrompt toute activité à la tombée de la nuit. C’est un prédateur avéré des hyménoptères sociaux, comme les abeilles, mais il consomme aussi une grande variété d’autres insectes et araignées.

– Depuis l’été 2006, les apiculteurs s’inquiètent de voir leurs ruches fortement attaquées par cette espèce. En vol stationnaire à une trentaine de centimètres de l’entrée de la ruche, une ouvrière de Vespa velutina succède régulièrement à une autre pour capturer les butineuses qui reviennent chargées de pollen ou qui partent à sa recherche. Le frelon fonce sur sa proie, la saisit entre ses pattes avant de l’emporter dans un arbre pour la dépecer. Après lui avoir coupé la tête, les pattes, les ailes et l’abdomen, il  fait une boulette du thorax (ou se trouve une forte concentration de muscles = protéines), qu’il emporte jusqu’au nid pour en nourrir les larves.

– Si jusqu’à 3 frelons en vol stationnaires devant une ruche, la pression exercée est sans grande conséquence sur la survie de la ruche,  entre 3 et 5  celle-ci est en danger et au-delà elle est condamnée. La déplacer n’est que lui offrir quelques jours de sursis supplémentaires, elle est rapidement retrouvée !

Est-il agressif ?

  • En France, tous les observateurs s’accordent sur le fait que Vespa velutina est sensiblement plus agressif que Vespa crabo bien qu’il soit possible d’observer son nid à 4 ou 5 m de distance sans trop de risques. La piqûre – si elle est douloureuse – n’est pas plus dangereuse que celle du frelon européen (dose létale tout de même inférieure à une dizaine de piqûres pour une personne de corpulence moyenne), mais les personnes allergiques au venin d’hyménoptères doivent rester très prudentes. Contrairement à Vespa crabo, il a la capacité de projeter son venin à distance et gare aux membres découverts ou aux yeux non protégés par des lunettes. Quelques décès lui sont imputés chaque année en France et touchent principalement des personnes cardiaques ou au système immunitaire affaibli. Un certain nombre d’entre eux  sont également le fait d’attaques massives d’ouvrières, intervenant suite au heurt accidentel d’un nid par un engin agricole ou de travaux publics

Comment vit-il ?

  • Comme, le frelon d’Europe, Vespa velutina construit un nid volumineux, composé de plusieurs galettes de cellules, entourées d’une enveloppe de papier mâché. L’orifice de sortie est petit et latéral alors qu’il est large et basal chez le Frelon d’Europe.
  • Il  prend une forme de goutte d’eau et atteindre jusqu’à 1 m de haut et 80 cm de diamètre quand il est fixé, comme c’est souvent le cas, à plus de 15 m de haut

    Nid détruit à Granges sur Aube (Marne) fin 2015

    dans un arbre. Il peut également nidifier dans un bâtiment ouvert ou dans un creux de muraille, voire dans la frondaison d’un arbre. La présence de la colonie n’est décelable que par le va-et-vient des ouvrières dans le feuillage.

  • Ces nids sont élaborés à l’aide de fibres végétales que les ouvrières collectent et malaxent avec leur salive. Le besoin en eau est important pour cet ouvrage, d’où la proximité des emplacements avec des points d’eau.
  • Les cellules ne servent pas au stockage de nourriture et sont réservées à l’élevage du couvain. Quand les larves abordent leur stade nymphal, les cellules sont fermées par une collerette de papier.
  • Un nid peut contenir de mille à trois mille individus et produire 300 à 400 reines fécondées, dont plus de 90% meurent notamment en raison de la compétition entre elles au printemps.

Quel est son cycle de vie ?

  • A la fin d’été, des individus sexués sont produits: mâles et femelles reproductrices.
  • Vers début septembre, les reproducteurs des deux sexes quittent leur colonie et partent à la recherche de leurs partenaires sexuels pour se reproduire. Les femelles après s’être accouplées, recherchent ensuite un endroit protégé pour passer l’hiver, qu’elles passeront endormies à l’abri des intempéries.
  • En décembre, les nids sont généralement vides et se dégradent, faute d’entretien. Ils ne seront pas réutilisés.
  • Au printemps, la femelle reproductrice commence seule la construction du nid primaire, qui ne sera tout d’abord guère plus gros qu’une balle de tennis. Elle œuvre alors seule aux travaux de construction et à l’élevage d’une première lignée d’ouvrière qui prendront le relai à l’âge adulte. La femelle reproductrice ne fera alors plus que pondre.
  • De nombreuses colonies déménagent à la fin du printemps lorsque le nid primaire est placé trop près du sol ou dans un endroit confiné ; la colonie s’installe alors dans un nouveau nid construit par les ouvrières souvent très haut dans les arbres.

Comment le reconnaître ?

  • Le Frelon asiatique est facile à identifier car c’est le seul insecte hyménoptère en Europe à posséder une livrée aussi foncée : les adultes sont brun noir et apparaissent, de loin, comme des taches sombres sur le nid.
  • La variété Vespa velutina possède un thorax entièrement brun noir velouté et des segments abdominaux bruns, bordés d’une fine bande jaune.
  • Seul le 4ème segment de l’abdomen est presque entièrement jaune orangé. La tête est noire, la face jaune orangé, les pattes jaunes à l’extrémité.

    Frelon Asiatique Vespa velutina (MNHN)

  • Ce frelon est difficile à confondre avec le Frelon d’Europe, Vespa crabo. Mesurant environ 3 cm de long, il est un peu plus petit que ce dernier. La différence est particulièrement nette chez les reines, dont la taille atteint au plus 3,5 cm chez Vespa velutina  pour 4 cm chez Vespa crabo.

Télécharger la fiche d’identification du MNHN

Pour en savoir plus http://frelonasiatique.mnhn.fr/biologie/

Que faire en cas de découverte ?

1 – Signalement

 – En cas de découverte d’un ou plusieurs individus, voire d’un nid, il convient de faire remonter l’information au référent départemental du GDSA 51 (Groupement de Défense Sanitaire Apicole de la Marne)  à l’adresse suivante  :frelonasiatique51@gmail.com

2 – Procédure

Prendre en photo le/les insectes ou le nid, la transmettre par internet à l’adresse citée précédemment, avec si possible la date de la découverte, le lieu (commune, lieu dit, coordonnées GPS si possible)

3 – Destruction

La fédération des apiculteurs de la Marne dont le Groupement de Défense Sanitaire Apicole de la Marne (GDSA51) et les syndicats apicoles départementaux ne sont pas chargés de détruire les nids de frelons asiatiques.

– Le Ministre de l’Agriculture de l’Agroalimentaire et de la Forêt a classé le frelon asiatique en « danger sanitaire de 2ème catégorie » et « espèce exotique envahissante »  (arrêté du 26/12/2012).  De ce fait si les nids doivent être détruits sitôt leur découverte, les services de l’Etat (SDIS) n’ont pas vocation à intervenir sur des nids situés en dehors de l’espace public et ne présentant pas de danger pour les populations.

– Certains services espaces verts de grandes villes ont formé des équipes pour intervenir sur les nids situés dans leurs zones de responsabilité.

– En dehors de ces cas précis, c’est au propriétaire du terrain sur lequel se trouve le nid de faire réaliser sa destruction par une entreprise de désinsectisation spécialisée.  Mais il n’y a pas d’obligation légale…

-Depuis la découverte du frelon asiatique Vespa velutina nigrithorax en France en 2004, plusieurs textes législatifs et réglementaires ont été adoptés, tant au niveau européen que national, dans l’objectif de limiter sa diffusion et favoriser sa lutte. Une synthèse de l’état du Droit ayant trait à ce frelon est présentée ci-après et rappelle notamment les responsabilités de chacun des acteurs …..  télécharger la note de synthèse du Bureau de la Santé animale de la DGAl

Pour les apiculteurs adhérents de la Fédération des apiculteurs de la Marne, désirant faire détruire un nid de frelon asiatique, une convention de partenariat a été passée avec la société Guêpes-Apens https://www.guepes-apens.fr/

télécharger la convention de partenaria

Destruction d’un nid ©FGSAM